Problématique du Salut par la grâce au moyen de la foi

10. nov., 2015

SAUVE PAR LA GRACE AU MOYEN DE LA FOI

         Le sujet du salut par la grâce au moyen de la foi est très important dans la vie du croyant. Sa bonne compréhension est source de joie et de paix. Tandis que si on le comprend mal, on risque mener une vie de pire formalisme chrétien.

         Etes-vous sauvé ?

En réponse à cette question, Lacombe montre qu’elle suscite plusieurs autres questions comme :

  • Sauvé de quoi, de quel danger ?
  • Sauvé comment, par qui, à quel prix ?

La réponse à ces questions va nous aid éclaircir certains points dans cette étude du salut par la grâce.

 

1. Le sort incontestable et inévitable du péché

         Le péché est la désobéissance à la loi de Dieu.

Jean 3:4 ‘‘Celui qui commet le péché viole la loi de Dieu, car le péché, par définition, c’est la violation de cette loi.’’

La Traduction du Monde Nouveau de la Bible définit le péché comme la pratique de l’illégalité. C’est une mangue de confiance en la Parole de Dieu. Bref, c’est agir contrairement à la volonté de Dieu.

         Le péché entraine la mort du pécheur.

Ezéchiel 18:20 ‘‘C’est l’homme qui pèche qui mourra et le fils ne portera pas le poids de la faute de son père, ni le père le poids de la faute de son fils.’’

Romains 6:23 ‘‘Le salaire du péché c’est la mort.’’ C’est-à-dire, la mort est le sort inévitable qui attend le pécheur.’’

 

2. L’homme est pécheur

         Plusieurs maladies s’aggravent puisque les malades s’ignorent. Peut-être que s’ils s’en apercevaient, ils se feraient soigner pour être guérit définitivement. La première étape de la guérison est de reconnaître qu’on est malade et que sa vie est donc en danger.

         De même, pour être sauvé, il faut franchir le premier pas : prendre conscience de son état de péché. C’est reconnaître et accepté qu’on est pécheur et par conséquent, on est candidat à la mort. C’est-à-dire, le salut ne se produit en nous que lorsque nous nous rendons compte de notre vraie situation spirituelle. Cette reconnaissance n’est possible que lorsque nous ouvrons nos cœurs au Saint Esprit qui nous convint du péché.

         Toute personne née d’une femme, sauf Jésus-Christ, est pécheur.

Romains 5:12 ‘‘Par un seul homme, le péché est entré dans le monde et par le péché, la mort, et ainsi la mort a atteint tous les hommes parce que tous ont péché.’’

Psaumes 14:2-3 ‘‘Du ciel, l’Eternel observe tout le genre humain : « Reste-t-il un homme sage qui s’attend à Dieu ? Ils se sont tous égarés, tous sont corrompus, plus aucun ne fait le bien, même pas un seul.’’

Romains 3:9-12 ‘‘Que faut-il donc conclure ? Nous les juifs, sommes-nous supérieurs aux autres hommes ? Pas du tout. Nous avons, en effet, déjà démontré que tous sont également coupables. L’Ecriture le dit : Il n’y a pas de juste, pas même un seul, pas d’homme capable de comprendre, pas un qui cherche Dieu. Ils se sont tous corrompus tous ensemble. Il n’y en a pas qui fasse le bien, non, pas même un seul.’’

         La nature pécheresse de l’humain est certaine de sorte que personne ne peut jamais prétendre n’avoir pas de péché.

1Jean 1:10 ‘‘Si nous prétendons ne pas être pécheur, nous faisons de Dieu un menteur et sa Parole n’est pas en nous.’’

         Ces passages de l’Ecriture nous présentent un tableau sombre de la nature et du caractère des humains. Alors une préoccupation surgit : Quel avantage y a-t-il de vivre pour la mort ? Quelle espérance cette vie présente nous offre-t-elle ? La réponse à ces questions nous amène à la deuxième étape : la recherche du salut, solution au problème du péché.

 

 

 

3. Sauvé par la grâce

Actes 4:12 ‘‘C’est en lui seul que se trouve le salut. Dans le monde entier, Dieu n’a jamais donné le nom d’aucun autre homme par lequel nous devions être sauvés.’’

         Dieu est amour. Son amour n’est pas sélectif, ni ne dépend pas de son objet, mais plutôt de la nature de celui qui aime (=nature de Dieu). Dieu aime le monde, c’est-à-dire tous les êtres humains sans acception de personne.

 

3.1. Preuve de l’amour de Dieu

Jean 3:16 ‘‘Oui, Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui placent leur confiance en lui échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle.’’

         Le véritable amour se voit grâce aux actes qu’il produit. Parfois en tant qu’êtres humains, nous disons que nous aimons quelqu’un, tandis que nos actes démontrent le contraire. C’est ne pas le cas avec Dieu. Son amour se manifeste dans ses actes. Par amour, il a donné son Fils unique pour notre salut. En faisant cela, Dieu nous a donné tout ce qu’il avait, c’est-à-dire lui-même. Bref, comme preuve de son amour, Dieu s’est donné lui-même pour arracher les humains de la mort.

 

3.2. Le salut : une initiative de Dieu

         Après la chute, Adam et Eve se cachèrent loin de la face de Dieu parmi les arbres du champ.

Genèse 3:8 ‘‘Alors l’homme et sa femme se cachèrent de l’Eternel Dieu parmi les arbres du jardin.’’

         Ni l’homme, ni sa femme, n’eut l’idée de rechercher le Seigneur, ne fut-ce que pour s’excuser de leur désobéissance. Qui devrait faire le premier pas ? Par amour pour l’humanité, Dieu le fit. Le soir de cette tragique et angoissante pour Adam et Eve, et pour toute l’humanité, Dieu vint à la recherche de la race humaine aux heures vespérales pour s’enquérir de leur situation.

Genèse 3:8,9 ‘‘Au moment de la brise du soir, ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu parcourant le jardin… Mais l’Eternel Dieu appela l’homme et lui demanda : Où es-tu ?’’

         Pour sceller cette œuvre amorcé le jour même de la chute de l’humanité, Jésus vint dans le monde, pas parce que les humains l’y avaient invité, mais parce que le Père, par amour pour nous, l’avait envoyé. Dieu n’attend pas que nous venions à Lui, mais il nous cherche. Peu importe là que nous sommes. Que nous soyons loin du chemin, égarés très loin dans un endroit dangereux, le Seigneur nous cherche sans répit jusqu’à ce qu’il nous trouve. Accepter donc cette offre de Dieu serait notre unique part.

Luc 15:4, 5, 10 ‘‘Si l’un de vous possède cent brebis, et que l’une d’elles vienne à se perdre, n’abandonnera-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres au pâturage pour aller à la recherche de celle qui est perdue jusqu’à ce qu’il l’ait trouvé. Et quand il l’a retrouvée, avec quelle joie il la charge sur ses épaules pour la ramener! De même, je vous le déclare, il y a de la joie parmi les anges de Dieu pour un seul pécheur qui change de vie.’’

 

3.3. Sans les œuvres de la loi

Ephésiens 2:8,9 ‘‘Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.’’ (Bible Louis Segond).

Romains 3:28 ‘‘Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi.’’

         Le salut est totalement un don immérité de Dieu à l’humanité. Et les dons ne se gagnent pas. On les accepte, c’est tout. Ainsi on ne peut pas acheter le salut. On ne peut que le recevoir, c’est la grâce. La grâce consiste donc à recevoir quelque chose que l’on ne mérite pas.

 

 

 

 

4. Si vous m’aimez : la foi qui sauve

         A l’amour, on répond par l’amour. C’est-à-dire, si Dieu aime l’humanité, alors l’humanité doit aimer Dieu, en réponse à cet amour. L’amour de l’humanité envers Dieu doit, par conséquent, ressembler à l’amour de Dieu envers l’humanité. Comme nous l’avons déjà signalé si haut, l’amour de Dieu est prouvé par ses actes. Ce n’est pas un amour de la bouche n’ayant pas d’actions concrètes. De même, l’amour des humains envers Dieu doit être prouvé par des actes d’amour.

         Qu’a dit Jésus sur la conduite du croyant ?

Jean 14:15 ‘‘Si vous m’aimez, gardez mes commandements.’’ (Bible Louis Segond)

         En conformant ses œuvres aux enseignements de Jésus, le croyant prouve en suffisance qu’il est son ami.

Jean 15:14 ‘‘Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande.’’

C’est ce que Paul dit en

Ephésiens 2:10 ‘‘Ce que nous sommes, nous le devons à Dieu ; car par notre union avec le Christ, Jésus, Dieu nous a créés pour une vie riche d’œuvres bonnes qu’il a préparés à l’avance afin que nous les accomplissions.’’

Dès lors, il devient aisé au croyant d’évaluer sa vie chrétienne. Si le croyant ne mène pas une vie riche d’œuvres bonnes, il doit avoir bu aux fausses citernes.

Jérémie 2:13 ‘‘car mon peuple a commis un double mal : il m’a abandonné, moi, la source d’eaux vives, et il s’est creusé des citernes, des citernes fendues et qui ne retiennent pas l’eau.’’

L’apôtre Jean renforce en

1Jean 2:3-6 ‘‘Voici comment nous savons que nous connaissons le Christ : c’est parce que nous obéissons à ses commandements. Si quelqu’un dit : « Je le connais » sans obéir à ses commandements, c’est un menteur et la vérité n’est pas en lui.’’ Celui qui observe sa Parole montre par là qu’il aime vraiment Dieu de façon parfaite. C’est ainsi que nous sommes unis à lui. Celui qui prétend qu’il demeure en Christ doit aussi vivre comme le Christ lui-même a vécu.’’

Comment Jésus a-t-il vécu ?

1) Jésus-Christ n’a commis aucun péché.

1Jean 3:5 ‘‘Or, vous le savez : Jésus est apparu pour ôter les péchés, et il n’y pas de péché en lui.’’

2) Jésus a gardé les commandements du Père.

Jean 5:30 ‘‘… car je ne cherche pas à réaliser mes propres désirs, mais à faire la volonté de celui qui m’a envoyé.’’

         De sa part, l’apôtre Paul est aussi clair et net au sujet des œuvres de la grâce.

Romains 6:29 ‘‘Que dire maintenant ? Persisterons-nous dans le péché pour que la grâce abonde ? Loin de là ! Puisque nous sommes morts pour le péché, comment pourrions-nous vivre encore dans le péché ?’’

         Si l’apôtre n’avait pas répondit à ces questions, chacun mettrait une réponse selon sa pensé. Mais il est hors question de vouloir y répondre soi-même car l’apôtre y a lui-même répondit d’une manière concise et compréhensible.

Romains 6:12-15, 20-22 ‘‘Que le péché n’exerce donc plus sa domination sur votre corps mortel pour vous soumettre à ses désirs. Ne mettez pas vos membres à  la disposition du péché comme des armes au service du mal. Mais puisque vous étiez morts et que vous êtes maintenant vivants, offrez-vous vous-même à Dieu et mettez vos membres à sa disposition comme des armes au service du bien. Car le péché ne sera plus votre maître puisque vous n’êtes plus sous le régime de la Loi mais sous celui de la grâce. Mais quoi ? Allons-nous encore pécher sous prétexte que nous ne sommes pas sous le régime de la Loi, mais sous celui de la grâce ? Loin de là ! Lorsque vous étiez encore esclaves du péché, vous étiez libres par rapport à la justice. Or, quels fruits portiez-vous alors ? Des actes dont le seul souvenir vous fait rougir de honte aujourd’hui, car ils conduisent à la mort. Mais maintenant, affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, le fruit que vous portez, c’est une vie sainte, et le résultat auquel vous aboutissez, c’est la vie éternelle.’’

         Bref, même Paul n’est pas contre les bonnes œuvres en soi. Il est plutôt contre les œuvres comme moyen de salut. La foi qui sauve est celle dont le fruit c’est une vie sainte : sans péché, conforme à la Parole de Dieu ; et dont le résultat c’est la vie éternelle.

 

5. Si vous ne m’aimez pas : la foi qui conduit à la mort

         Avant d’aborder cette partie, nous devons tirer certaines choses au clair. Les œuvres ne doivent pas être prises comme moyens du salut. Mais les œuvres sont une manifestation extérieure du salut. Jésus est le seul moyen pour être sauvé. Alors, qu’a-t-il dit de la foi qui conduit à la mort ?

Jean 14:23, 24 ‘‘Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il obéira à ce que j’ai dit. Mais celui qui ne m’aime pas ne met pas mes paroles en pratique.’’

         En effet, nous pouvons être intellectuellement convaincus de l’existence de Dieu et de la vérité de l’Evangile. Nous pouvons même avoir vu pour nous-même la réalité de l’amour et des soins de Dieu. Cependant, nous pouvons ne pas être vraiment prêts à nous remettre totalement entre ses mains, un acte qui se révélera par nos œuvres. C’est ce que Jacques appelle avoir la foi de démons.

Jacques 2:19 ‘‘Tu crois qu’il y a un seul Dieu ? C’est bien. Mais les démons aussi le croient, et ils tremblent.’’

         Une telle fois ne peut jamais sauvée. Si elle le pouvait, les démons seraient les premiers à entrer dans le royaume de Dieu. Cependant ils n’y seront pas parce qu’il leur mangue une chose, la soumission à la volonté de Dieu.

         La foi sans les œuvres est morte. Elle n’a pas de valeur.

Jacques 2:17 ‘‘Il en est ainsi de la foi : si elle reste seule, sans se traduire en actes, elle est morte.’’

         Enfin, bien que nous soyons sauvés par la foi, nous ne pouvons jamais séparer la foi des œuvres dans la vie du Chrétien. Si non les paroles si dessous seront dites à notre égard.

Matthieu 7:22-23 ‘‘Je ne vous ai jamais connus ! Allez-vous-en, vous qui pratiquez le mal !’’